Les jeunes meyreuillaises et meyreuillais s’engagent…

 

 

 

Les « enfants de Meyreuil » prennent la défense de leur village qui est aujourd’hui en danger et s’unissent pour y réfléchir. En dehors de tout clivage politique, c’est un véritable laboratoire d’idées qui s’est formé au sein du collectif « Meyreuil Horizon » dont Jean-Louis GEIGER est le Président. Il est important de souligner que la jeune génération se mobilise et participe activement à l’élaboration d’un avenir meilleur pour tous.

 

Ainsi à travers de nombreux échanges associant les compétences et la sensibilité de chacun, une proposition collégiale a pu émerger afin de donner un souffle nouveau à notre commune.  Chère à tous ses membres, elle émane de l’affection qu’ils portent à ce village si particulier qui avait toujours été préservé.

 

D’une réaction idéologique est né un véritable projet. Convaincus qu’ils doivent désormais aller au-delà, ils s’orientent vers un horizon plus politique pour faire valoir ces idées et surtout pouvoir les concrétiser. Ce qui justifie que « Meyreuil Horizon » présente une liste électorale pour les municipales de 2020.

 

La cohésion du groupe s’est construite autour d’un leader, Jean-Louis GEIGER dont l’ancrage politique va certes bien au-delà du territoire de Meyreuil qui lui tient particulièrement à cœur et qu’il connaît bien puisqu’il y vit depuis plus de 30 ans.

 

Le fondement de ce programme repose sur la redynamisation du village, de la vie associative en toute impartialité et sur la construction de l’avenir des générations futures.

 

D’ores et déjà deux évidences s’imposent, l’aménagement urbain doit être réfléchi dans l’intérêt collectif et ne doit certainement pas se résumer à un bétonnage massif qui dénature et entrave l’identité culturelle du village. Les traitements urbains de la commune doivent être adaptés aux spécificités de Meyreuil et ce dans un souci constant de préservation des espaces de nature.

 

Ingénieurs, autoentrepreneur, salariés, étudiants, commerciaux … tous se rassemblent pour vous proposer un programme ambitieux, innovant et réaliste. Mais ne vous y trompez pas, motivés par cette aventure ces jeunes meyreuillais s’engagent activement et s’investissent en se présentant sur la liste électorale pour les municipales 2020.

 

 

 


 

Je suis Anthony GARCERA et j'ai souhaité laisser un message sur le site de Meyreuil Horizon car je suis profondément affecté.

 

Tout d'abord, je tenais à rappeler que nous sommes en démocratie même si certains, par leurs agissements, pourraient nous en faire douter. Et c'est justement pour cette raison que malgré les actes répressifs subis depuis ces derniers mois, j'ai choisi d'être aux côtés du plus grand nombre car la démocratie correspond vraiment à mes aspirations et c'est LE CHOIX, c'est mon choix. C'est aussi pour cela que je ne veux pas que Meyreuil devienne un village rempli de béton. Que je veux que nous conservions et préservions ce petit village et ses espaces de nature. C'est dans cet objectif que je me suis engagé dans le collectif de MEYREUIL HORIZON qui va redonner un sang neuf à ce village.

 

 

 

Ensuite, je tenais à faire part de ma grande déception vis à vis de la municipalité en place. En effet, lors du décès de mon grand-père de 96 ans (8 juin 2014), qui était un ancien combattant, aucun hommage ne lui a été rendu alors qu'il a fait 8 ans de guerre. Le passé d'anciens combattants ne s'arrête pas là dans ma famille où déjà mon arrière-grand-père avait combattu dans l'armée française au cours de la 1ère guerre mondiale. Aucun hommage à ces hommes, ces locaux qui se sont battus pour la France. J'espère que cela changera et qu'à titre posthume un hommage leur sera rendu. J'écris ce message car cela fait 5 ans maintenant que mon grand-père est parti rejoindre son épouse et je les aime, tous deux, très fort.

 

 

 

Enfin, VIVE MEYREUIL et LES MEYREUILLAIS… nous ne lâcherons rien quel que soit les intimidations… 

 


 

Gournès : comme toujours des carabistouilles…

 

 

 

Gournès regrette de n’avoir pu mettre une banderole en hommage au génocide arménien sur la Mairie par crainte de se voir attaqué par l’opposition pour récupération électorale.

 

 

 

Nous l’aurions évidemment fait car Gournès n’avait mis aucune banderole en hommage au génocide arménien sur la Mairie l’année dernière alors qu’il était déjà maire !

 

Il s’agit donc bien récupération électorale, tout comme son message facebook .

 

 

 


 

Il faut se le dire…

 

 

 

 

 

La Saint-Marc n’est plus ce qu’elle a été…

 

J'ai le souvenir d'une fête au chef lieu, l'inoubliable fête du vieux village avec ses multiples attractions, jeux, concours de pétanques, animations musicales et sportives et les incontournables soirées moules frites, tout cela 3 jours durant.

 

 

 

Cette fête se déroulait, chaque année, dans une ambiance chaleureuse et rafraichissante et surtout, elle favorisait, le brassage de la population Meyreuillaise.

 

 

 

Il convient pour redynamiser le tissu associatif, qui est le garant du lien social dans notre village de favoriser les échanges entre les bénévoles qui ne ménagent ni leur temps ni leurs efforts pour faire vivre Meyreuil.

 

Il donne à chacun d’entre nous la possibilité de s’exprimer, de partager et de s’impliquer dans la vie meyreuillaise. C’est par le monde associatif qui constitue l'essence même de l'animation de la commune que les meyreuillais pourront renouer avec le bien vivre ensemble à Meyreuil.

 

Et la Saint-Antoine mériterait d’avoir de nouveau sa fête foraine au centre du plan de Meyreuil, son cœur de village, afin de lui redonner convivialité.

 

 

 


 

DEBAT D’ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2019

 

 

 

Une fois n’est pas coutume, j’ai eu, Monsieur le Maire, une bonne surprise en découvrant le Rapport d’Orientations Budgétaires.

 

Pour la première fois nous avons un rapport qui se rapproche de ce que la loi demande afin d’assurer l’information des élus et de la population quant aux choix budgétaires de l’année.

 

C’est pour moi, et pour nous opposition, une première victoire car nous avons toujours dénoncé et je dois l’avouer l’année dernière de façon un peu piquante, vos pratiques et le non-respect des obligations légales, notamment en matière de manque de clarté de vos dossiers et d’absence de débat.

 

Etant un peu lucide je ne doute pas que ce ne sont pas seulement nos critiques qui vous ont conduit à essayer de travailler plus correctement, peut-être avez-vous été rappelé à l’ordre par les instances compétentes ou le contrôle de légalité, mais peut-être y avons-nous un peu contribué…

 

J’espère donc que, continuant sur votre lancée, vous accepterez que nous ayons un débat, et que, outre la possibilité de nous exprimer, vous répondrez à nos questions puis que ce débat fera l’objet d’un compte rendu reprenant les positions des uns et des autres, là aussi comme la loi le demande.

 

Pour vous faciliter la tâche, comme la loi le permet, nous enregistrons nos débats.

 

 

 

Ce rapport appelle quelques questions que nous tenons à vous poser.

 

 

 

  1. Concernant la suppression partielle de la taxe d’habitation

 

Pouvez-vous nous confirmer que cette mesure, pourtant compensée par l’Etat, n’impactera pas nos ressources de 2018 à 2020, comme vous semblez le dire de façon pessimiste en page 3.

 

Pouvez-vous également nous dire quel est le nombre de logements potentiellement soumis à la taxe d’habitation en 2017, 2018 et 2019 ?

 

Le nombre de ménages qui en étaient exonérés avant la loi de réforme ?

 

Combien de ménages ont bénéficié de l’exonération de 30 % en 2018 ?

 

Combien bénéficieront de l’exonération de 65 % en 2019 ?

 

Et enfin, selon vos prévisions, combien de ménages bénéficieront de la suppression totale de la TH en 2020, que cela provienne des exonérations antérieures ou de la loi de finance de 2018 ?

 

 

 

Je voudrai vous poser également une question quant à la prise en compte, dans vos budgets primitifs, des excédents constatés des services des eaux et de l’assainissement.

 

De nombreuses collectivités s’interrogent sur l’emploi de ces excédents et hésitent à les affecter à leurs ressources budgétaires compte tenu du vide juridique qui ne manquera pas d’être dissipé rapidement : Considérez-vous que ces excédents appartiennent définitivement à la commune ?

 

Peuvent-ils être utilisés sur des actions différentes des domaines initiaux de compétence ?

 

In fine, ces excédents n’appartiennent-ils pas aux usagers qui les ont payés car vous financez-là une part de votre budget avec des règlements des usagers de l’eau et de l’assainissement ?

 

 

 

Merci de bien vouloir répondre à ces questions.

 

 

 

Au-delà,

 

Le compte 2018 met en lumière, comme en 2017, la dérive des frais de fonctionnement qui, en réalité, entre 2017 et 2018 ne baissent pas mais augmentent de plus de 2,3 % à périmètre constant (puisque les crédits du SDISS de plus de 400.000 € disparaissent).

 

A ce titre, vous écrivez «  nos services sont configurés pour pouvoir administrer une population de 7.500 habitants !...

 

Quel aveu de mauvaise gestion ! Nous sommes 5.900 et payons des charges de fonctionnement pour 7.500 !

 

 

 

L’écart est de 27 %. 27 % de dépenses administratives excessives car il n’y a pas plus de services qu’ailleurs,

 

Si vous réduisiez votre budgets de fonctionnement ne serait-ce que de la moitié de ce superflu nous ne pourrions qu’applaudir des deux mains !!!

 

Enfin, nous nous interrogeons quant à la non réalisation ahurissante des investissements avec seulement 3,3 millions d’euros de consommés sur le programme de 9 millions prévus. Moins d’un tiers de réalisé !

 

Ceci explique que vous n’ayez pas lancé l’emprunt de 1,5 millions d’euros dont vous aviez envisagé la possibilité l’année dernière. Peu d’investissement, évidemment pas d’emprunt.

 

Quant à la non renégociation de la dette, vous invoquez des difficultés contractuelles que toutes les autres communes ont su surmonter. Pas nous, qui subissons toujours des taux ahurissants.

 

Les chiffres et les courbes que vous présentez sur plusieurs années, confirment et dénoncent :

 

  • Des dépenses générales plus élevées que les communes de même taille,

  • Un endettement par habitant beaucoup plus important que celui des communes de même taille,

  • Un autofinancement plus faible que celui des communes de même taille.

 

Malgré tous les satisfecit que vous vous décernez tout au long de ce document tous les ratios financiers de notre commune sont au rouge et nous le dénonçons une fois de plus.

 

Vous en apportez vous-même la preuve, aujourd’hui sous forme écrite,  et cela correspond bien aux critiques et chiffres que nous avions porté à la connaissance de la population au printemps 2018.

 

 

 

 

 

 

 


MENSONGE :



 

#MeyreuilTerredEspoir

 

#Histoiredunprojetunique

 

#808 💧

 



 

Projecteur sur le lancement officiel de la 808, Eau minérale naturelle millénaire,

 

Source de Meyreuil. 🌟

 



 

Le regretté André LAMOTHE, ingénieur géologique l’avait prédit lors de son forage vers les Bastidons, dès 1965, que l’eau minérale jaillirait...

 



 

Dès 2008, fort du soutien de notre cher Maire disparu Robert LAGIER, de Jean-Pascal Jean Pascal Gournes, à l’époque Adjoint investi, en charge du développement économique, 

 

de l’entrepreneur Michel SCOTTO, homme d’affaires Aixois renommé, 

 

et de la CG2T, dirigée part le performant Jacques STASIA, 

 

le projet de réalisation d’un nouveau forage prendra vie et fera ressurgir, en puits artésien, cette eau pure, millénaire, reposant à 808 mètres de fond.

 



 

A Meyreuil, le nouveau Maire, Jean-Pascal GOURNES, coordonne alors l’arrivée d’ investissements colossaux, la réalisation d’une usine d’avenir, la gestion des contretemps urbanistiques et administratifs, techniques, et enfin le tant attendu arrêté préfectoral pour agrément et autorisation d’exploitation pour 30 ans de l’ARS. 

 



 

Hier, la matinée inaugurale officialisait le lancement de la 808, lors d’une conférence de presse et d’une visite technique de l’usine de production de la SEEMPA.

 



 

Un moment fort, unique, durant lequel, l’hommage était rendu aux disparus fortement impliqués. 

 



 

Le produit premium 🌟développera des partenariats d’avenir prometteurs, internationaux, nationaux , mais bien entendu locaux avec notamment nos écoles et le Conseil Municipal des Jeunes! 😎👍🏻

 

 

 

L'eau de Meyreuil (808) leur appartient....

L'avenir de l'hôtel-restaurant, situé sur le cours Mirabeau, est plombé par une guerre commerciale qui dure depuis deux ans.

L'avenir de l'hôtel-restaurant, situé sur le cours Mirabeau, est plombé par une guerre commerciale qui dure depuis deux ans. Photo serge mercier

 

 

 

"Allô bonjour la Bastide du Cours, c'est La Provence. Puis-je avoir le responsable ?" À l'autre bout du fil, embarras glacial. Qui est le patron, au fait ? Serge Kasparian, le propriétaire déchu ? Daniel Vartoukian, le "faux" propriétaire, ami du déchu ? Michel Scotto, l'ancien ? Ou l'administrateur provisoire, Me Gilibert ? Depuis deux ans, le luxueux hôtel-restaurant du cours Mirabeau à Aix, son personnel et sa réputation sont victimes d'une impitoyable guerre commerciale, dans laquelle les chefs s'affrontent à coups de procédures devant le tribunal de commerce d'Aix grâce à une armée d'avocats. Et bombent le torse en coulisses... "Les protagonistes ont du caractère, convient le procureur de la République d'Aix, Dominique Moyal. Il y a quelques comportements un peu déplacés."

Le 15 juillet 2014, lorsque le contrat de vente se conclut pour 4 millions d'euros, on est pourtant entre gens de bonne compagnie. D'un côté, le vendeur. Michel Scotto, homme d'affaires qui a fait notamment fortune dans la chaussure, ancien président de l'AS Cannes et proche de Paul Lantieri, ancien patron du restaurant aixois La Rotonde condamné en septembre 2013 à trois ans de prison pour blanchiment d'argent dans le cadre de la tentaculaire affaire du cercle Concorde. Outre une certaine attirance pour les brasseries aixoises, les deux hommes ont aussi en commun un expert-comptable, Jean-Luc Berthon, condamné à six mois de prison avec sursis pour "complicité d'abus de biens sociaux", toujours dans la même histoire de cercle de jeux parisien.

De l'autre, l'acheteur. Serge Kasparian, un jovial Ciotaden de 61 ans, amateur de brasseries aussi, passionné de foot au point d'avoir acheté Nîmes Olympique (empêtré dans une vilaine affaire de match truqué), et repreneur du cercle Concorde, rebaptisé Cadet, actuellement visé par une instruction judiciaire pour une affaire de... blanchiment.

Serge Kasparian est toujours dans les lieux

Le 15 juillet 2014, donc, c'est en hommes avisés qu'ils signent le contrat scellant l'avenir du restaurant et de son personnel, en établissant un échéancier. GKL, la société de Serge Kasparian, rachète les parts du restaurant et les créances de Cesco, société de Michel Scotto, y compris un prêt bancaire d'un million d'euros. Kasparian honore les premiers versements jusqu'à hauteur de 400 000 €. Puis, plus rien. "La banque qui avait accordé un crédit à Cesco s'est opposée à la vente, justifie Me Gaborit, un des avocats de Kasparian. Michel Scotto ne l'avait pas averti qu'il avait vendu ses parts. Donc, elle a bloqué. Nous, on était prêt à payer mais il y a des oppositions." Pour attester de la bonne foi de son client, il ajoute : "Kasparian veut bien rendre la Bastide du Cours mais il veut récupérer ses 400 000. Or, Scotto dit qu'il ne les a pas. La situation est bloquée." En attendant, depuis des mois, Serge Kasparian est toujours dans les lieux, faisant tourner boutique.

Le 31 mars dernier, un arrêt de la cour d'appel prononçait la résolution de la cession du 15 juillet 2014 et condamnait la société de Kasparian à payer 30 000 € de dommages et intérêts à celle de Scotto qui redevenait patron... Quelques jours plus tard, cette décision faisait l'objet d'une "tierce opposition" de la part de la société Dacris, dirigée par Daniel Vartoukian. "Un proche de mon client", admet sans difficulté Me Gaborit. Dacris est venue expliquer que cette décision ne pouvait s'appliquer car désormais, c'est elle qui exploite la Bastide du Cours... La manoeuvre étant assez simpliste, les juges, le 21 juillet dernier, ont rendu une décision limpide. "Il est indéniable que la tierce opposition aétémise en oeuvre par Dacris de manière tactique pour paralyser l'exécution de l'arrêt du 31 mars 2016", notent-ils en ajoutant que "Dacris n'a ni intérêt ni qualité pour agir pour le compte de la Bastide du Cours".

Les 27 salariés de la Bastide continuent de travailler avec le sourire

Les juges évoquent clairement la "thèse de la fraude" entre deux familles qui travaillent dans le même établissement et "d'une stratégie commune dans le but de mettre en échec la révocation des droits de propriété de GKL". Dacris a été condamné à payer à Scotto 2 500 € pour "procédure abusive". "Ce dossier a été plaidé dans la précipitation, déplore le bâtonnier Klein, avocat de Dacris, qui avait sollicité le renvoi. Dacris est toujours l'exploitant de la Bastide !" Me Levaique, conseil de Michel Scotto, n'a pas souhaité s'exprimer.

Alors que deux pourvois en cassation ont été formés, une dette de quelque 7 millions d'euros menace le restaurant. Bal des huissiers, fournisseurs impayés et salaires versés au compte-gouttes... Au point que le 28 juin dernier, le tribunal de commerce procédait à une conversion de la procédure de sauvegarde en redressement judiciaire en relevant "la difficulté d'obtenir une comptabilité fiable permettant de savoir si la société est en état de cessation de paiement ou non". Et décidait, "compte tenu de la carence de la direction, de maintenir l'administrateur provisoire" et "le mandataire judiciaire". "Tout est fait pour empêcher la procédure de se dérouler normalement. Mais on ne se laissera pas impressionner", promet le procureur.

En attendant, les 27 salariés de la Bastide continuent de travailler avec le sourire "dans une ambiance pourtant peu sereine..."



Monsieur Gournès refuse le débat…

42 minutes…c’est le temps qu’a duré le dernier Conseil municipal, vendredi 25 janvier.
Dès les premiers dossiers Jean-Louis Geiger posait de nombreuses questions au maire et
appelait son attention sur plusieurs délibérations lui semblant hors du cadre légal.
- Un chèque en blanc demandé aux élus pour décider et payer plusieurs opérations
d’investissement non identifiées et non chiffrées, pour un quart du budget, alors
que la loi exige qu’elles le soient,
- Des frais de déplacement pour les élus semblant faire peu de cas des textes
réglementaires prévoyant notamment des possibilités de voyages dans les DOM-
TOM et à l’étranger !...
- La dernière décision modificative du budget 2018 présentée aux élus au-delà des
délais légaux,
- Etc,
Enfin jean-Louis Geiger a une nouvelle fois demandé que soit présenté aux élus le bilan
chiffré et en personnel des transferts de compétences liées à la Métropole Aix-Marseille.
Il a également interpelé la municipalité quant au déplacement d’un nombre semble-t-il
important d’élus et de techniciens à Paris à l’occasion du Salon des Maires et a demandé
pourquoi ce déplacement et les frais y afférents n’avaient pas fait l’objet d’un vote
préalable du Conseil municipal l’autorisant comme la loi le demande…
Sur tous ces sujets Monsieur Gournès, incapable de répondre, a refusé le débat, mettant
ces différentes questions au vote sans autre forme de procès, faisant ainsi preuve d’un
manque total de respect des règles institutionnelles et d’une désinvolture plus que
condamnable vis à vis des élus et donc de tous les Meyreuillais.
De moins en moins de transparence au Conseil municipal de Meyreuil et un maire « dans
les cordes » fuyant le débat.


JOURNAL " LA PROVENCE " 07 JANVIER 2019


 

Salle comble pour le 1er anniversaire de Meyreuil-Horizon

 

 

 

C’est à l’invitation de Jean-Louis Geiger, Françoise Gori, Gérard Obert et de tout le bureau de l’association Meyreuil-Horizon que membres, sympathisants et amis se sont réunis lundi 17 décembre pour fêter l’amitié et le premier anniversaire de cette association qui prépare les élections municipales à Meyreuil.

 

 

 

 

 

 

 

Une équipe de jeunes,

 

Gérard Obert s’est félicité du travail fait aux côtés de Jean-Louis Geiger et de la franche amitié qui unit cette équipe particulièrement jeune.

 

Jonathan Giuriato, s’exprimant au nom de ces jeunes, a fait part de leur enthousiasme de participer ainsi à un projet pour leur commune : «tout ça c’est pour nous. Ce sera à nous d’assurer la relève par la suite et nous le ferons ».

 

 

 

 

 

Meilleure gestion et nouvelle vision,

 

Dans son intervention Jean-Louis Geiger, son président, a rappelé les raisons de leur mobilisation. Améliorer la gestion et la gouvernance de la municipalité, avoir une vision renouvelée, ambitieuse et dynamique pour Meyreuil mais pensée et maitrisée constatant que depuis la désignation de l’adjoint à l’urbanisme comme nouveau maire une course effrénée au développement immobilier incontrôlé entraîne la commune dans une mutation contraire aux aspirations de ses habitants. Il promet un engagement compétent, responsable et désintéressé de toute son équipe au service des Meyreuillaises et des Meyreuillais.

 

« Nous avons constitué une équipe compétente, efficace et soudée. Venez nous rejoindre. Nous vous promettons du travail, encore du travail et toujours du travail mais aussi des convictions, de l’engagement, des résultats et de l’amitié ».

 

Jean-Louis Geiger a remercié ceux qui sont à ses côtés et tous les amis présents dont le nombre grossit de mois en mois. 

 

« Nous entrons dans la dernière ligne droite, tous ensemble, convaincus d’être sur la bonne voie ».

 

www.meyreuil-horizon

 

 

 

 

 

 


Le projet d'urbanisation et de construction massive développé par la municipalité au quartier Ballon à MEYREUIL : Une erreur d'aménagement, de structuration pour la cohésion du territoire communal.

 

Est ce que vous êtes allez vous promener aux Bastidons ... Mais quelle honte , c'est désastreux !!! Un des plus beaux sites de Meyreuil est ravagé par des tracto-pelles. Il parait que les champs de Coquelicots sont des sources d'Oxygène pour la planète et des réservoirs à Abeilles ... Eh bien  à Meryeuil, on les ravage !

 

 Les routes sont défoncées par les camions.Il y a de la boue sur tous les chemins, même sur la D6. Plus personne ne peut faire sa balade ou son jogging. Comme tout est sale, personne ne respecte plus rien. Les cartons, les plastiques, les emballages volent tout autour du chantier. Eh oui , il y en a pour 10 ans de travaux ! Sur le papier ça parait beau ! Mais allez voir la réalité, allez y ! ça donne la nausée !

 


31/08 2018 : Exécution de l'Association MEYREUIL TENNIS par Jean-Pascal GOURNES..

.


Jonathan GIURIATO : Détermination, volonté, courage....


JOURNAL LA PROVENCE 25/08/2018


JOURNAL LA PROVENCE 18/08/2018



 

2018 : un budget d’équilibristes…

 

 

 

Alors que de nombreuses communes ont voté leur budget 2018 en fin d’année précédente, ou en tout début de celle-ci, nous nous étonnions que la commune de Meyreuil attende l’avant- dernier jour légal pour le faire, le 30 mars 2018.

 

La réponse est simple, il faut attendre que le comptable public ait publié le compte administratif de l’année précédente et que celui-ci ait pu être voté par le Conseil municipal car sans les reports des sommes non utilisées l’année précédente la commune n’arriverait pas à équilibrer son budget.

 

Nous entendons depuis des années « la commune est bien gérée, pour preuve les impôts locaux n’augmentent pas ». Les impôts n’augmentent pas car les crédits votés ne sont pas consommés, plus rien ne se fait dans la commune et le pharaonique projet Ballon sera financé par un nouvel emprunt de 1,5 millions d’euros qui sera contracté en cours d’année…Cela augmentera de 30 % notre endettement déjà supérieur à celui des communes de même taille.

 

Nos emprunts sont à des taux compris entre 3,5 et 5,5 %. Alors que l’opposition le réclame depuis 4 ans, personne n’a jugé bon de renégocier ces taux. Une commune voisine a emprunté en décembre dernier à 1,5 %.

 

A contrario les frais de fonctionnement administratif de la commune augmentent par rapport à ceux réellement dépensés en 2017, probablement l’une des rares collectivités de France à ne pas chercher à maitriser son budget de fonctionnement à une époque où tous les responsables sont mobilisés par la recherche d’économies.

 

Seule petite touche d’optimisme, des crédits sont inscrits pour rénover la toiture de Valbriant. Espérons que ce chantier puisse se réaliser mais, à ce jour, aucun dossier n’a encore été présenté au vote des élus…

 

Les élus de l’opposition ont voté contre ce budget.

 

 

 

 

 


 

30 mars 2018, Conseil municipal – Le Bilan pour 2017

 

 

 

Certains s’étonnent de voir la majorité des décisions du Conseil municipal adoptées à l’unanimité. C’est là le fonctionnement normal d’un Conseil municipal dont l’essentiel des décisions ont trait à la vie quotidienne de nos concitoyens et ne justifient de ce fait aucune opposition raisonnable.

 

Il en va tout autrement du vote du budget qui est le moment essentiel de la vie démocratique locale. C’est, en effet, dans la présentation de son budget qu’une majorité municipale affiche ses projets pour l’année qui s’ouvre, montre son ambition et démontre la qualité de sa gestion.

 

En ce domaine, point de promesse mais des preuves par l’examen, préalable au vote du budget, du Compte Administratif de l’année précédente, véritable bilan de l’action municipale pour l’année écoulée.

 

Donc, pas de promesses mais des faits constatés par le comptable public. Et les faits sont édifiants!

 

Début 2017 la majorité municipale avait voté un budget de 17 millions d’euros et seulement 11°millions d’euros ont été réellement réalisés!

 

Evidemment le budget de fonctionnement a, lui, été consommé à 95 %.

 

Mais il en va tout autrement des investissements qui souffrent d’une très faible réalisation, voire même d’une réalisation alarmante : 8,3 millions d’euros votés en début d’année 2017 et seulement 2,5 millions d’euros dépensés en fin d’année 2017.

 

Il ne peut y avoir que deux explications à ce constat : soit notre municipalité est totalement incapable de faire la moindre prévision sérieuse, soit elle se révèle incapable de réaliser efficacement les projets qu’elle avait programmés.

 

Il a été répondu en Conseil municipal pour expliquer ce faible taux de réalisation que les factures étaient arrivées tardivement (au mois de janvier 2018)….Absurde et enfantin!

 

C’est ainsi que rien ne se passe dans notre commune. L’essentiel des capacités de réalisation est absorbé par des frais de fonctionnement que la majorité municipale en place ne parvient pas à contrôler contrairement à ce qu’essaient de faire toutes les collectivités de notre Pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Ne cédons pas au populisme …

 

Une fois de plus la France est attaquée.

 

Une fois de plus les barbares provoquent nos réactions les plus violentes auxquelles, bien évidemment, il nous faut résister !

 

Leur seul objectif est de nous conduire à la guerre civile.

 

Comme toujours la résilience du peuple Français est la seule réponse citoyenne opposable à la barbarie.

 

L’Etat doit faire son travail d’éducation, de renseignement et de protection des populations. Il doit le faire de la façon la plus ferme et la plus déterminée.

 

Pour nous, citoyens, la seule façon de l’aider et de l’accompagner est de rester dignes et calmes, solidement ancrés dans nos convictions républicaines et démocrates.

 

Ceux qui mettent de l’huile sur le feu sont des populistes irresponsables. Ils cherchent à tirer un profit politique personnel d’évènements dramatiques qui imposent la retenue…

 

Prenons pour exemple l’héroïque colonel Arnaud BELTRAME mort pour la France dans la dignité. Sacrifice ultime au service de nos valeurs face à la barbarie.

 

A Meyreuil comme ailleurs ne cédons pas à la démagogie et restons dignes et recueillis à la mémoire de ces nouvelles victimes.

 Jean-Louis GEIGER

Conseiller Municipal

 

 


Conseil municipal reporté, élus de l’opposition non informés…..

 

Initialement prévu par le maire pour le vendredi 16 mars, le Conseil municipal au cours duquel le budget de l’année 2018 devait être voté, a été reporté au vendredi 30 mars.

Les élus de l’opposition constatant lundi qu’ils n’avaient toujours pas reçu le dossier de ce Conseil municipal et les délais légaux de convocation étant dépassés, Jean-Louis Geiger a questionné la directrice générale des services qui lui a répondu lundi soir que le Conseil municipal était effectivement reporté !

Aucune information des élus confirmant ainsi le mépris du maire et des services pour les élus d’opposition.

 

A Meyreuil la démocratie se porte toujours aussi bien…..

 

 

Jean-Louis GEIGER

Conseiller Municipal


 

Interpellé par Jean-Louis Geiger, le Maire répond…

 

Préalablement à la distribution de tracts critiquant les énormes dépenses de communication de la Mairie, Jean-Louis Geiger avait adressé un courrier au Maire de Meyreuil lui demandant de justifier ces dépenses.

 

Il vient de répondre, enfin, confirmant le budget important consacré par la majorité municipale à vanter ses mérites avec l’argent de nos impôts. Ceci confirme à peu près les devis que nous avions fait réaliser.

 

Loin de se remettre en question le Maire répond, en résumé, « on a toujours fait comme ça… ».

 

A l’heure où tous les élus de France sont préoccupés par la recherche d’économies et à celle des nouvelles technologies numériques chacun appréciera le bon sens de cette réponse….

Jean-Louis GEIGER

Conseiller Municipal


 

 

Document distribué dans les boites aux lettres de MEYREUIL


 Critique de Jean-Louis GEIGER relative au Rapport d'Orientation Budgétaire

La loi exige que chaque collectivité territoriale présente chaque année un « Rapport d’Orientations Budgétaires » qui présente la situation financière de la commune et exprime les ambitions de la collectivité pour le prochain budget et les années à venir. Chaque année la commune de Meyreuil présente un rapport d’une telle pauvreté qu’il pousse à se demander si l’incompétence est telle ou s’il traduit une volonté de dissimulation.

Vous trouverez, ci-dessous, la critique pertinente que Jean-Louis Geiger a fait de ce rapport lors d’un débat au sein du Conseil municipal :

 

 Comme vous le rappelez dans le préambule, cela fait plus d’1/4 de siècle que les collectivités territoriales ont à présenter un Rapport d’Orientations Budgétaires (ROB) et à en débattre.

 Désormais, son contenu et sa portée juridique ont été renforcés pour assurer la transparence financière vis- à-vis des citoyens et de leur assemblée délibérante.

Pourtant, malgré ces prescriptions et obligations, nous constatons que la commune de Meyreuil n’est toujours pas capable de remplir ses obligations en produisant, comme  la majorité des communes le fait, un rapport présentant d’abord sérieusement les données financières et une réelle analyse des évolutions, puis sur la base de cette analyse, une réflexion prospective pluriannuelle proposant des choix précis argumentés et éclairés.

Cette année encore, le rapport que vous nous présentez n’est pas au niveau et on peut même se demander s’il est conforme aux prescriptions légales.

Pourquoi cela ?

               Par négligence... peut-être,

           Par incapacité... sans doute,

          Par soucis de ne pas dévoiler les véritables choix et résultats de votre gestion... et tout le laisse penser.

Négligence :

Un point suffit à le démontrer. Les quatre premières pages, la quasi-totalité du préambule et les deux premiers chapitres de votre rapport ne sont rien d’autre qu’un "copié-collé" intégral des éléments d’introduction du document d’orientation budgétaire 2018 présenté, en Octobre dernier, par la Commune de Trets! Je tiens, Mr le maire, ce document à votre disposition pour que vous puissiez vérifier cette similitude des premières pages, bien sûr, mais surtout pour vous montrer dans les pages suivantes, celles que vous n’avez pu dupliquer, ce que doit être un bon Rapport d’Orientation Budgétaire (ROB), documenté, intelligent et sincère.

Incapacité :

 En effet, il n’est qu’à citer ce que vous dites en préambule : 

 « Deux événements d’importance seront à prendre en compte lors de l’établissement du budget 2018 et développés dans les pages suivantes :

-  Le transfert de nombreuses compétences de la commune vers la métropole Aix-Marseille Provence et leurs conséquences,

-  La suppression progressive de la taxe d’habitation qui induira des baisses de ressources

Cela est vrai et ce sont bien, aujourd’hui, les sujets nouveaux qui vont peser sur les moyens et besoins de nos communes. Mais ce qui est surprenant, c’est qu’ensuite vous n’en parliez plus et êtes incapable de chiffrer et d'analyser l’impact de ces évolutions et de ces mesures!

Quels sont les transferts vers la Métropole? Combien ça coûte? Quels sont les moyens humains notamment, qui vont être impactés? Quels sont les retours ? Quelle est éventuellement la perte financière pour la commune ?

Aucune réponse et aucune évaluation dans le rapport !

Même chose pour la taxe d’habitation... Combien de ménages ou de logements sont concernés? En 2018 et après? Quel est l’impact financier? Quelle est la compensation?

Aucune réponse dans le rapport !!

Et pourtant d’autres communes savent traiter ces sujets, je vous ai apporté un deuxième Rapport d'Orientation Budgétaire (ROB) 2018 qui est, comme celui de Trets, également excellent, et je ne suis pas allé le chercher très loin puisqu’il s’agit du Rapport d'Orientations Budgétaires de Fuveau adopté le 5 décembre dernier. Tout y est chiffré et détaillé, ce que vous auriez dû faire vu l’importance de ces sujets et la nécessité de les traiter sérieusement.

Enfin, troisième explication de la faiblesse et de l’insuffisance de votre production, la volonté de ne pas dévoiler voire de dissimuler et la situation financière de la commune et les choix qui sont faits ainsi que leurs impacts.

Ainsi dans votre Débat d'Orientation Budgétaire (DOB) :

- Pas d’analyse des évolutions des missions et donc des moyens nécessaires.

- Pas d’analyse des sources d’économies et de progrès.

- Pas de présentations rétrospective et prospective des capacités d’autofinancement et des capacités d’endettement.

- Pas de présentation des choix d’investissements faits ou proposés pour 2018 et de façon pluriannuelle.

- Pas de mesure de l’impact en fonctionnement des opérations d’urbanisations en cours ou à venir.

- Pas de détails sur les taxes, les redevances et recettes, sur le coût des différents services, sur les opérations d’entretien ou d’investissements (voirie, bâtiments).

Pourtant, malgré ces dissimulations ou ces imprécisions, le constat est quand même là et les ratios de gestion et d’endettement sont connus et accablants :

- Notre commune dépense trop en fonctionnement et je vous en ferai la démonstration lors du vote du budget le mois prochain,

- Notre commune est endettée et je vous le démontrerai également.

Cela dure depuis un certain temps, mais il est clair que la municipalité préfère aujourd’hui cacher la situation plutôt que se mettre à gérer différemment en essayant de maîtriser son budget et en préservant l’avenir.

Il est clair également que seule la fuite en avant semble être l’orientation choisie par la municipalité :

- Avec la poursuite irresponsable des "habitudes" de dépenses, 

- Avec maintenant sa précipitation dans un développement de l’urbanisme non maîtrisé et excessif avec bien sûr des risques de dérive possibles...

Cette municipalité démontre de plus une véritable incapacité à la transparence, à la concertation et à la discussion démocratique. Ce moment fort qu’est le Débat d’Orientation Budgétaire le dévoile  particulièrement puisqu’il s'agit d’un débat escamoté sur la base d’un rapport inconsistant.

Mais vous le disiez bien dans le rapport en parlant des objectifs du document « s’agissant plus particulièrement de Meyreuil, la présentation du rapport est l’occasion pour la municipalité d’affirmer avec force la poursuite de ses engagements de campagne et de présenter les moyens de financer les projets ...mis en place »….  Tout est dit !

Non! Mr le maire, mes Chers collègues, un Débat d’Orientation Budgétaire a d’autres ambitions et d’autres exigences. Il doit d'abord assurer une information complète et impartiale, il doit ensuite permettre de travailler ensemble et dans la transparence, aux besoins, à l’avenir et au bien-être des Meyreuillaises et des Meyreuillais car ce sont bien là l’importance et le fondement de notre mission d’élus et je peux vous assurer que c’est ce que nous demandent clairement aujourd’hui nos concitoyens.


Lettre adressée par Jean-Louis GEIGER, Président de MEYREUIL HORIZON, à M. Le MAIRE de MEYREUIL.

 Monsieur le Maire,

De nombreux Meyreuillais s’étonnent d’avoir reçu 4 « riches » publications de la Municipalité dans leurs boîtes aux lettres début janvier.

Plusieurs s’interrogent quant au budget que la commune consacre à ces multiples documents de communication.

Au-delà des quelques enveloppes non détaillées dans le budget de la commune et afin de les informer de façon transparente quant à ces dépenses, je vous demande de bien vouloir me communiquer :

-          Le coût à l’unité et annuel du magazine « Les nouvelles de Meyreuil »,

-          Le coût à l’unité et annuel du journal « Meyreuil info »,

-          Le coût du magazine « bilan de mi-mandat »,

-          Le coût de « l’agenda culture ».

Ces coûts incluant les frais d’impression, de pao, conception, rédaction, photos et le coût de leur distribution.

Restant dans l’attente de ces réponses,

Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, en toute ma considération.

 Jean-Louis GEIGER

  Conseiller municipal


 

Le projet d’urbanisation et de construction massive développé par la municipalité au quartier Ballon à Meyreuil :

 

Une erreur d’aménagement, de structuration pour la cohésion du territoire communal

 

Pour toutes les communes, une problématique est au cœur des choix qu’ont à faire les élus : c’est la recherche de l’équilibre entre le nécessaire développement des capacités d’accueil et l’exigence, tout aussi indispensable, de maîtriser l’urbanisation et de préserver le territoire.

 

 A Meyreuil, commune à la fois rurale et industrielle, périurbaine et résidentielle, commune au riche passé et aux atouts spécifiques et diversifiés, commune aussi à l’environnement exceptionnel mais surtout fragile, les choix d’urbanisme doivent être faits avec la plus grande responsabilité. Ces choix d’urbanisme doivent impérativement être effectués à la fois dans le souci de l’intérêt du plus grand nombre c’est-à-dire de l’ensemble des Meyreuillais et dans une perspective d’avenir.

 Notre commune, au-delà des pressions que connaissent toutes les communes du Pays d’Aix et plus encore celles de Sainte-Victoire à la très forte attractivité, doit répondre à de multiples enjeux de cohésion, de structuration et d’affirmation. En effet, avec un centre déjà éclaté en plusieurs espaces (le Chef-Lieu, Le Plan et Le Canet) ainsi qu’avec un tissu d’habitats diffus en forte extension depuis ces dernières années, il semblait préférable et surtout primordial de penser les nouvelles urbanisations à proximité immédiate des noyaux villageois existants. Il ne faut pas accentuer le mitage du territoire en créant un nouveau pôle urbain.

 

 Le projet Ballon constitue justement une quatrième concentration de bâtis qui aggrave et démultiplie l’éclatement des fonctions de centralité, les désordres et nuisances en matière de déplacements et de flux, les atteintes graves à notre environnement et à nos paysages mais aussi les coûts supplémentaires en termes d’investissements publics et de réseaux.

 

S’il est nécessaire de construire sur la commune pour les jeunes Meyreuillais qui peinent à se loger, prévoir 480 logements soit près de 2°000 habitants (c’est-à-dire un accroissement de plus du tiers de la population communale) revient à faire courir à notre commune le risque d’être totalement dénaturée et plus encore de perdre tout ce qui fait ses atouts au regard de ses habitants.

 

 La même absence de réflexion est évidente en ce qui concerne la volonté municipale d’y implanter des commerces. L’espace commercial de La Croix peine à tirer son épingle du jeu, les commerçants qui y sont installés sont là pour en témoigner. Et plutôt que d’augmenter leur zone de chalandise, le choix est fait de créer une nouvelle concurrence ! Absurde ! Et nos commerçants s’inquiètent déjà des conséquences.

 

Enfin, il faut bien reconnaître que ce projet n’a « d’éco » que le nom car, jusqu’à présent, absolument rien de sérieux et crédible n’a été présenté quant à ses vertus écologiques…

 

Un bien mauvais projet ! Son lancement en grande pompe et à grands frais ne pourront effacer la tache indélébile de ce leg aux générations futures.



 

Bonne année 2018 à toutes les meyreuillaises et tous les meyreuillais. Que la santé et le bonheur inondent vos vies.

 

Que 2018 marque la continuité d’une véritable concertation entre les habitants de Meyreuil et Meyreuil Horizon pour contribuer au bien-vivre ensemble.

En 2018, Meyreuil Horizon est à vos côtés pour améliorer la qualité de vie de Meyreuil. Elle est une nouvelle force de propositions pour la construction d’un avenir meilleur. Nous sommes une équipe déterminée qui concilie jeunesse et expériences. Nous rassemblons l’énergie de femmes et d’hommes qui ont la fervente volonté de faire revivre Meyreuil.

Ceux qui souhaitent s’inscrire dans cette démarche ou ceux qui veulent tout simplement s’informer seront les bienvenus.


 

Lundi 18 décembre : A la rencontre des meyreuillaises et des meyreuillais

 

Les meyreuillaises et les meyreuillais sont venus nombreux ce lundi 18 décembre. Plus de 50 personnes ont répondu favorablement à notre invitation. Cette mobilisation marque l’attachement des habitants de la commune à la préservation de leur « bien-être » et « bien-vivre » à Meyreuil.

 

C’est dans un état d’esprit convivial que l’équipe de meyreuillaises et meyreuillais à l’origine de la création de l’association Meyreuil Horizon a été présentée. Notre association Meyreuil Horizon, présidée par Jean-Louis GEIGER, a pour ambition de vouloir garantir aux habitants un projet d’avenir dans la plus large concertation possible pour les intérêts de Meyreuil avant tout.

 

Nous avons pu constater à l’occasion de multiples échanges et avec un immense plaisir que de jeunes femmes et de jeunes hommes, qui sont l’avenir de Meyreuil, sont venus à notre rencontre. De plus, ils nous rejoignent dans ce projet pour repenser Meyreuil comme « un village à la ville ».

 

 

 


Mr Jean-Pascal GOURNES élu maire de MEYREUIL

 

 Comme l’exige le code électoral, le Conseil municipal a été convoqué pour accepter la nomination d’un nouveau Conseiller municipal (le suivant sur la liste de la majorité) en remplacement de celui décédé, puis élire en son sein un nouveau Maire.

 

L’unique candidat, Monsieur Gournès, a été élu au premier tour de scrutin en remportant une voix de plus que celles de sa majorité.

 

Je me suis abstenu considérant que cette désignation était de la responsabilité de la majorité du Conseil municipal. Le nombre et la mission des adjoints au Maire n’ayant pas changé, leur élection ne posa aucun problème, une voix de l’opposition venant encore s’ajouter à celles de la majorité…

 

Jean-Louis GEIGER